mardi 28 septembre 2010

Politique de l'immigration : Cinquième aggravation en sept ans

SOURCE : Ligue des Droits de l'Homme

image004

C’est la cinquième fois en sept ans que la loi régissant la politique de l’immigration et de l'asile va connaître des changements. C’est la cinquième fois  que le CESEDA, le code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, va être encore durci pour toutes celles et pour tous ceux qui, pour des raisons et sur des statuts divers, sont des étrangers venus en France, dans la confiance qu’ils y trouveraient asile, refuge, sûreté ou survie.

C’est toujours dans le même sens que les changements se produisent : toujours plus de contrôle, toujours plus de rigueur, toujours plus de formalités  pour les migrants les plus précaires. Et ces dernières semaines, avant même le débat parlementaire, la situation des étrangers dans notre pays s’est fortement aggravée avec une accélération dans la stigmatisation, la discrimination et la répression!

Le projet de loi contient un ensemble de dispositions qui provoqueront une grave réduction des droits pour une majorité d’ étrangers. Il s’inscrit dans une logique qui privilégie une prétendue sécurité aux dépens de la dignité des personnes. En cinq actes, leur sort sera réglé :

- une durée de rétention augmentée jusqu’à 45 jours ;

- une interdiction de retour de 2 à 5 ans, c’est-à-dire une peine de bannissement ;

- des conditions de travail du juge des libertés et de la détention limitées ;

- un accueil-hébergement en urgence qui n’est plus considéré comme inconditionnel et qui perd son caractère de droit fondamental.

- Une remise en cause grave de la protection des étrangers malades par l’amendement de Thierry Mariani ( CL 381) tel que validé par la Commission des Lois le 15 septembre.

Les associations, regroupées dans le collectif ALERTE ne peuvent accepter le développement de cette politique qui, au contraire de la simplification annoncée, complexifie le droit des étrangers, rend encore plus opaques les voies de recours et trop risquées les demandes de régularisation en plus d'aggraver leurs conditions de vie. Elles continueront à assurer aide, soutien et solidarité en direction des plus démunis, des plus pauvres, des déracinés, des exilés, des affamés, des maltraités, malgré le délit de solidarité qui continuera à dissuader leurs actions. Elles demandent aux parlementaires de prendre toute la mesure du caractère néfaste de cette politique et de refuser d’y prendre part.

logo_jetablePar ailleurs, le collectif Uni(e)s Contre l'Immigration Jetable appelle à se rassembler à proximité de l'Assemblée Nationale pour exprimer notre refus de la loi Besson. Rendez-vous à 18 heures, aujourd'hui mardi 28 septembre, place Édouard Herriot (M° Assemblée Nationale).

Posté par Flo Py à 10:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires sur Politique de l'immigration : Cinquième aggravation en sept ans

Nouveau commentaire